Share

Témoignage

Depuis 2013, nos camions électriques nous apportent un avantage concurrentiel

Distribution

Electromobilité

4min
Renault Trucks D Z.E. Carlsberg

Thomas Stalder est vice-président de la chaîne d’approvisionnement client de Feldschlösschen, filiale du groupe Carlsberg, plus grande brasserie de Suisse, et premier fournisseur de boissons sur le territoire. Dans cette interview, il souligne l’apport stratégique des camions électriques pour rendre la chaîne logistique neutre en carbone.

 

Renault Trucks D ZE Illustration Carlsberg Feldschlösschen

 

Pouvez-vous nous présenter votre entreprise et le marché sur lequel elle opère ? Feldschlösschen a été fondée en 1876 par Theophil Roniger et Mathias Wüthrich. L’entreprise est leader de son marché en Suisse depuis plus de 120 ans. Elle emploie 1 200 personnes réparties sur 21 sites, partout en Suisse. Notre bière est brassée dans deux centres de production, à Rheinfelden et Sion. Nous produisons des boissons sans alcool et de l’eau minérale en bouteille à Rhäzüns. Si le marché suisse de la bière est stable, le nombre de brasseries ne cesse de croître. Notre pays dispose du plus grand nombre de brasseries par habitant au monde. Le marché est donc très concurrentiel.

 

Votre entreprise est engagée en faveur de la protection de l’environnement. Quelles sont ses principales réussites en la matière ?

Notre programme « Together Towards ZERO » (ensemble vers un impact zéro) définit des objectifs ambitieux dans quatre domaines clés : zéro empreinte carbone, zéro gaspillage d’eau, zéro consommation irresponsable et zéro accidents industriels. L’an dernier, pour agir sur le premier pilier, nous sommes passés de 50 % à 66 % d’énergie renouvelable produite par nos soins. Cette avancée a été rendue possible par le recours au biogaz issu de nos propres opérations, et à l’alcool extrait de nos bières sans alcool, qui nous sert à produire de la chaleur.

 

De quoi êtes-vous particulièrement fier dans votre engagement, professionnel et personnel, en faveur de l’environnement ?

La bière est un produit naturel. Nos matières premières proviennent directement de ressources naturelles, ce qui explique que nous ayons toujours eu un lien étroit avec l’environnement. Depuis plusieurs décennies, protéger la planète est l’une de nos priorités. Nous nous sommes fixé des ambitions claires, avons signé l’Accord de Paris sur le climat, et prévoyons d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2030. Nous avons identifié de nombreuses mesures qui nous aideront à viser l’impact zéro sur nos propres activités.

Je suis fier que nous ayons franchi une nouvelle étape importante vers une chaîne logistique neutre en carbone, grâce à l’acquisition de camions électriques. Nous y travaillons depuis plusieurs années. Dès 2008, nous avons lancé la première flotte de véhicules électriques pour nos livraisons clients. Nous avons intégré systématiquement le rail à notre réseau logistique. Mais je suis également fier que notre part d’énergie renouvelable produite à partir de nos activités s’élève désormais à 66 %, en partie grâce à l’utilisation de l’alcool extrait de nos bières sans alcool.

Sur le plan personnel, je m’efforce de réduire autant que possible mon empreinte CO2, en réduisant ma consommation d’énergie. Nous n’utilisons aucun carburant fossile et produisons notre propre électricité à domicile, et nous utilisons une voiture électrique, alimentée par notre propre courant, pour les trajets courts.

 

Quel est le rôle des camions électrique dans la politique de livraison zéro carbone du groupe Carlsberg et de Feldschlösschen ?

Les camions électriques apportent une contribution majeure à notre objectif de logistique neutre en carbone, qui est lui-même un pilier de notre programme. Nous privilégions le rail pour les longues distances et les camions électriques pour les trajets courts. Nous avons adopté cette politique il y a quelques années, et avons tout mis en œuvre pour la concrétiser. Notre ambition est d’atteindre la neutralité carbone sur notre chaîne logistique neutre. Nous nous sommes lancés très tôt dans l’aventure du camion électrique, dès 2013 pour les premiers 18 tonnes en Suisse. Nous avons effectué de nombreux tests ; l’Institut fédéral de technologie (ETH) de Zurich a mené une étude pour nous, ainsi qu’une analyse de l’impact écologique et économique. Nous souhaitons nous appuyer sur la vaste expérience dont nous disposons désormais pour aller plus loin dans la mobilité électrique.

 

Pourquoi avez-vous choisi 20 camions D Wide Z.E. de Renault Trucks ?

Après avoir testé des 18 tonnes électriques en 2013 et étudié de près les retours d’expérience, nous avons décidé, il y a plus de cinq ans, de franchir le cap. Renault Trucks a rapidement confirmé la faisabilité du projet et a parfaitement compris notre volonté d’effectuer une transition aussi rapide que possible. Nous collaborons très étroitement avec Renault Trucks ; les discussions sont ouvertes, constructives, ce qui nous a convaincus qu’il s’agissait du bon partenaire. De plus, la solution de financement proposée par les services financiers de Renault Trucks a fait pencher la balance. Nous avons donc passé commande de 20 camions D Wide Z.E.

Ces camions électriques vous apportent-ils un avantage concurrentiel ? Les questions environnementales étant de plus en plus importantes aux yeux du consommateur, la mobilité électrique est clairement un atout. Nous pouvons montrer à nos clients que nos objectifs n’ont rien d’abstrait ; nous prenons concrètement les mesures nécessaires pour les atteindre. Mais il ne s’agit pas de surfer sur la tendance. Notre volonté d’être neutre en carbone remonte à bien avant les manifestations pour le climat. En tant qu’entreprise, nous avons pleinement conscience de nos responsabilités envers les générations à venir. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour laisser derrière nous un environnement préservé.

 

Le coût supplémentaire engendré par les camions électriques est-il compensé par leurs avantages économiques pour votre entreprise ?

Naturellement, nous avons analysé l’impact économique des camions électriques. Malgré tout, nous devons être prêts à investir dans cette nouvelle technologie, même si au départ, elle n’est pas aussi économique que les carburants fossiles. À long terme, c’est le bon choix.

 

Quelles sont les répercussions d’une flotte électrique sur l’organisation de vos livraisons ?

Nos conducteurs doivent s’habituer aux camions électriques, mais ils sont fiers de les conduire, heureux que Feldschlösschen soit également pionnier dans ce domaine, et de faire partie de cette innovation. À part le fait qu’ils aient dû suivre une formation au début, rien n’a changé. Nous continuons d’approvisionner nos clients chaque jour, comme nous l’avons toujours fait.

 

Quels atouts attendez-vous de votre investissement ?

Nous espérons atteindre nos objectifs en matière d’émissions de CO2. Et acquérir plus d’expérience dans cette nouvelle technologie.

 

Comment envisagez-vous l’avenir de la logistique et de l'électromobilité ?

À l’avenir, les modèles mixtes rail/mobilité électrique, tels que le nôtre, pourraient devenir un exemple à suivre pour d’autres entreprises.