Communiqués de Presse


12.01.2018

RENAULT TRUCKS ET MKR RELÈVENT À NOUVEAU LE DÉFI DU RALLYE RAID DAKAR

Renault Trucks et son partenaire MKR ont répondu présents au rallye-raid Dakar 2018 qui a débuté le 6 janvier et prendra fin le 20 janvier en Amérique latine. Pour cette 40e édition, les camions parcourront une distance de 8 710 km divisée en 14 étapes. Ils sillonneront les terrains les plus difficiles du Pérou et de la Bolivie jusqu’à la ligne d’arrivée à Cordoba en Argentine. Les dunes d’Amérique latine jalonneront la moitié d’entre elles et cinq jours durant, les camions rouleront à plus de 3 000 mètres d’altitude.

Cette année, trois camions Renault Trucks sont en lice pour le titre. Le team Mammoet Rallysport a choisi deux véhicules : un Renault Sherpa, dont le numéro de course est le 506, et un Renault Trucks K520, qui arbore le numéro 531, pilotés respectivement par Martin van den Brink et Janus van Kasteren. Agé de 31 ans, il participe à son premier Dakar ; sa mission est de servir d’assistance à Martin van denBrink. Le team Riwald a porté son choix sur un second Renault Trucks K 520, piloté par Gert Huzink. Ce team possède le numéro 517. Les conditions climatiques incertaines et les nombreuses difficultés de dernière minute, typiques du rallye-raid, promettent une compétition riche en rebondissements. Quelqu’en soit le dénouement, ce sera l’occasion pour Renault Trucks de démontrer à nouveau la robustesse de ses camions en conditions extrêmes et de renforcer les liens avec MKR.

1re étape : Lima – Pisco, 273 km
Premiers vrombissements de moteurs des camions Renault Trucks le 6 janvier à Lima. Les teams Mammoet Rallysport et Riwald ont dû affronter 273 kilomètres dont 31 de spéciale « La longueur de la spéciale n’était que de 30 kilomètres, mais c’était réellement difficile ; Martin a réalisé un bon départ » a expliqué Daniel Kozlovský, le technicien de MKR et copilote de Martin van den Brink. Dans ces trente derniers kilomètres, les pilotes ont dû affronter les premières dunes. Au final, le Néerlandais van denBrink décroche la deuxième place de cette première étape, 22 secondes le séparent du premier. Huzinket van Kasteren terminent respectivement 13e (+3:24’’) et 19e (+9:57).

2e étape : Pisco – Pisco, 279 km
Les choses sérieuses ont réellement commencé lors de cette deuxième étape ; aux dires de certains compétiteurs, il s’agissait d’une des plus difficiles à laquelle ils avaient jamais eu à se frotter. Elle fut jalonnée d’accidents mais les teams Mammoet Rallysport et Riwald réussirent à passer au travers. « Les trente minutes passées dans les dunes ont été l’un des moments les plus difficiles de ma vie. Lapiste était particulièrement accidentée ; ça secouait dans tous les sens. Mais le camion est rapide et fiable » a confié Daniel Kozlovský arrivé en 8e position (+27:47) avec van den Brink. Van Kasteren, termine 13e (+1:08:07), suivi de Huzink à la 16e place. (+1:51:18).

3e étape : Pisco – San Juan de Marcona, 504 km.
La troisième étape s’est étalée sur 504 km de Pisco à San Juan de Marcona, elle comprenait 296 km de spéciale. Elle n’était avare ni en montés ardues ni en descentes dans les canyons. Une fois de plus, les difficultés étaient nombreuses. Pour Mario Kress, à l’origine de l’aventure MKR, « Je suis heureux ; en dehors de quelques infortunes de navigation ou des pneus crevés, nous avons évité les ennuis majeurs alors que nous nous y étions préparés ». Le trio des camions Renault Trucks – MKR s’est glissé dans le top 10 en occupant les 7e (Kasteren ;+40:15), 8e (van den Brink ; +41:03) et 9e places (Huzink ; 46:37). « Janus a fait un très bon travail aujourd'hui » souligne Mario Kress, optimiste et confiant.

4e étape : San Juan de Marcona – San Juan de Marcona, 444 km
La quatrième étape promettait son lot de difficultés… Une spéciale de 330 km sur les 444 que compte le parcours, composé à plus de la moitié de sable et de dunes mais aussi un dénivelé rapide de 0 à 2000 km. Effectivement, même les favoris se sont débattus contre les chausse-trappes de cette boucle dont San Juan de Marcona était point de départ et d’arrivée. Tandis que Huzink, à bord de son Renault Trucks K 520, finissait sur une cinquième position fantastique (+1:16:33), van den Brink perforait son réservoir lors d’un saut et ne put s’extraire des dunes. Malgré l’assistance rapide de Kasteren, un remorquage jusqu’au bivouac fut impossible. Conséquence : l’absence du team Mammoet Rallysport au classement de cette 4e étape. « Ce Dakar est littéralement extrême. Il met à l’épreuve tant nos machines que nos capacités physiques et mentales. Tout le monde a des problèmes. Cette fois, les malchanceux, c’était nous » analyse Mario Kress.

5e étape : San Juan de Marcona – Arequipa, 934 km
Pour la 5e étape, la plus longue de cette édition 2018 avec 934 km dont 268 de spéciale, seuls les Renault Trucks de Huzink et van Kasteren étaient sur la ligne de départ. Après l’infortune de la veille, van den Brink, n’avait pu rejoindre le bivouac à temps pour le départ. Huzink, du team Riwald, arracha la 12e place (+40:37). Quant à van Kasteren, il franchit la ligne d’arrivée en 27e position (+4:08:23).

6e étape : Arequipa – La Paz, 760 km
La sixième étape, qui s’étend sur 760 km dont 313 de spéciale, a vu les compétiteurs quitter le Pérou pour la Bolivie. L’absence de sable et de dune, pour la première fois lors de cette édition 2018, explique les faibles écarts entre les pilotes. Par ailleurs, Martin van den Brink, absent du départ la veille, a été autorisé à reprendre la course à bord de son Renault Sherpa ; les trois camions Renault Trucks – MKR étaient à nouveau réunis. Johannes van Kasteren franchit la ligne d’arrivée en 9e position (+15:56), huit minutes plus tard (+23:30), Gerd Huzink dérochait la 13e place. Martin van den Brink, bien qu’arrivé en10e position avec un retard d’une dizaine de minutes, n’apparaît pas au classement du jour. « Honnêtement, nous sommes dans l’expectative. Nous étions heureux de pouvoir participer à la sixième étape. Nous nous attendions à une pénalité conséquente ; bien sûr nous n’avons aucune intention d’interférer avec le classement général, mais nous serions très heureux, si c'était possible, de participer aux étapes individuelles et tester le camion autant que possible. Maintenant nous tous attendons ce que les organisateurs nous permettront » explique Mario Kress.

Au terme des six premiers jours de course, au classement général, Janus van Kasteren du team Mammoet Rallysport est 11e (+15 :56) et Gerd Huzink, du team Riwald, est 13e place (+23:30). L’aventure continue sur les pages Facebook et Twitter de Renault Trucks !